Jean Moulin - Artiste, Préfet, Résistant...

Top

Depuis sa mise en disponibilité, Jean Moulin est officiellement agriculteur à Saint-Andiol. Dès l'été 1942, il a besoin de justifier de fréquents déplacements dans l'hexagone et cherche à se créer une couverture. Pour cela, il songe à utiliser ses goûts et compétences artistiques en adoptant la profession de marchand de tableaux obligé de traverser la France pour rencontrer des peintres et des collectionneurs, acheter ou vendre des tableaux. C'est ainsi qu'il ouvre, 22 rue de France à Nice, sous son vrai nom, une galerie de tableaux modernes. Il confie la direction de cette galerie à Colette Pons, une jeune femme intelligente et jolie qu'il a rencontrée à Megève fin janvier 1942. Colette Pons qui a fait de nombreux voyages en compagnie de Jean Moulin parlait de lui en ces termes : « C'était un merveilleux professeur. Il ne disait jamais rien qui soit inutile. Il était très gai, très spirituel, très gentiment moqueur. ».

Jean Moulin signe une promesse de bail le 12 octobre 1942 et le 16, il sollicite par courrier auprès du préfet des Alpes-Maritimes l'autorisation d'ouvrir une "galerie d'exposition et de vente de peintures, dessins et sculptures modernes…".

Il expose dans cette galerie sa propre collection d'œuvres modernes et fait venir quelques toiles de la galerie Pétridès de Paris. Il sollicite également quelques artistes et marchands réfugiés dans la région de Nice ou en Provence. Colette Pons obtint le prêt d'un dessin d'Henri Matisse auquel elle aurait rendu visite en compagnie de Jean Moulin début 1943. Ils ont également rencontré Pierre Bonnard, artiste qui les passionnait tous deux, et dont ils voulaient rédiger une biographie. Colette Pons a conservé quelques feuillets, premier jet de ce projet d'écriture. Colette Pons évoquait également des rencontres avec Blaise Cendrars, son ami le Dr Long, Gabriel Laurin et Pierre Tal-Coat. Elle racontait également dans quelles circonstances amusantes ils étaient allés, fin 1942, à Graveson dans l'atelier d'Auguste Chabaud pour lui acheter 4 tableaux  « Chabaud les avait accrochés sur plusieurs niveaux dans sa grange ; pour les atteindre et les descendre jusque vers nous, il les gaulait avec un grand bâton et beaucoup d'habileté. Jean Moulin était affolé quand il les voyait tomber : il avait très peur que la toile se crève. Nous avons choisi les tableaux, nous sommes repartis à pied, il y avait un mistral épouvantable. Moulin m'a dit de porter les tableaux au-dessus de nos têtes : comme ça disait-il, le vent nous poussera. ».

Le premier vernissage eu lieu le 9 février 1943 à 15h. Cette exposition intitulé "Maîtres modernes" réunissait des œuvres de Pierre Bonnard, Giorgio De Chirico, Edgard Degas, Raoul Dufy, Othon Friesz, Moïse Kisling, Pierre Laprade, Henri Matisse, Georges Rouault, Gino Severini, Maurice Utrillo et Suzanne Valadon. Des artistes de la Côte d'Azur fréquentaient la galerie. Colette Pons évoque les frères Prévert, Jacques et Pierre, Sylvain Vigny, Jean Cassarini, Aimé Maeght, Django Reinhardt…

Vers le 15 avril 1943, pour enrichir le fonds de la galerie et en particulier préparer une exposition Othon Friesz, Colette Pons rejoignit Jean Moulin à Paris. L'exposition Othon Friesz fut effectivement programmée du 7 au 30 mai 1943.

La dernière exposition fut programmée et annoncée par voie d'affiche du 3 au 30 juin 1943. Elle présentait des œuvres de Renoir, Picasso, Utrillo et Valadon. Malheureusement, elle fut interrompue avant son terme : quelques jours après le 21 juin, date de l'arrestation de Jean Moulin à Caluire, Colette Pons recevait, par un télégramme de Laure Moulin, le code convenu à l'avance : Vendez comme prévu.

 


Les oeuvres présentées dans les séries d'images ci-dessous se veulent assez représentatives de celles exposées dans la galerie Romanin en 1943. Certaines avaient été achetées par Jean Moulin avant la guerre pour sa collection personnelle. Plusieurs sont visibles au musée des Beaux-arts de Béziers ou au musée Jean Moulin de la ville de Paris.

Dans vette première série, nous présentons quelques œuvres d'artistes qui firent l'objet de la première exposition en février 43.

 

Dans cette deuxième série, quelques œuvres qui sont citées dans les courriers échangés avec Colette Pons.

 

Dans cette troisième série, quelques œuvres supplémentaires.

 

Dans cette dernière série, nous faisons une place à part à quelques oeuvres d'amis très proches de Jean Moulin, italien, breton et savoyard !

 


Contact - Mentions légales - Copyright 2015-2017  - 5 -